Retour aux points d'intérêt
Picto de Île Milliau

Île Milliau

Trébeurden

  • Crédit photo : B. Torrubia
  • Le Manac'h
  • Le Manac'h
  • ©/CRTB
  • Crédit photo : B. Torrubia

à propos

Avec ses chaos de granite rose et ses roches sédimentaires plus sombres, l’île Milliau offre un paysage à couper le souffle. Vous pourrez profiter de la beauté naturelle du site mais aussi partir à la recherche des traces de l’occupation humaine. Les premières datent du néolithique : nos ancêtres érigèrent une allée couverte qui aurait servi de monument funéraire. Puis, la légende veut que le moine Milliau, venu des pays nordiques pour évangéliser la région, s’y soit installé au VIe siècle. Vous trouverez également un corps de ferme construit à la fin du Moyen-Âge et aujourd’hui rénové. En y allant, vous contournerez la presqu’île du Castel et découvrirez le « Père Trébeurden », un rocher en forme de visage. Soyez bien chaussés et vigilants : la zone est escarpée et glissante, et  certains jours les marées rendent l’accès à l’Île Milliau impossible.

En savoir +
LE GRANITE ROSE, OSSATURE DE MILLIAU
Le paysage que nous venons d’évoquer puise son existence au fin fond des temps géologiques , il y a 300 millions d’années.
À cette époque, une grosse bulle de magma s’élève du manteau terrestre ( magma en fusion ) à la faveur d’un plissement montagneux ( hercynien ) qui affecte la Bretagne. Va-t-elle jaillir à la surface en éruption volcanique ? Non, elle s’arrête, bloquée sous quelques kilomètres de montagne. Durant des centaines de milliers d’années, elle refroidit, cristallise, créant le granite rose du Trégor.
Cette poche de magma représente une source de chaleur et un volume qui va « cuire » et déformer la roche « cornéenne ».
L’île Millau se trouve être juste au contact de ces deux roches. C’est parfaitement observable à marée basse, côté sud ; la cornéenne, noire et anguleuse, est découverte, contrastant avec le rose du granite qui constitue l’ensemble de l’île.
Au fil des ères géologiques, l’érosion a fait son œuvre : les montagnes s’amenuisent, disparaissent, mettant à jour la poche de granit, depuis longtemps refroidie.
QUAND LES ELEMENTS SCULPTENT LA ROCHE
Un deuxième mécanisme physique et chimique se déclenche alors, lui aussi très lent : l’altération. La roche va littéralement pourrir sous l’action de l’eau qui stagne, creuse la roche, s’infiltre le long des fissures, sépare les minéraux, les transforme.
Cependant, certaines parties vont rester intactes, tandis que d’autres se désagrègent en particules (les arènes ). Pour peu que les vagues ou le ruissellement de l’eau viennent entraîner l’arène et on obtient les roches à nu des bords de mer ou de fond de vallées.
Sur la « côte de granit rose » , la Manche a ainsi pu dégager d’énormes blocs réunis en amas ( les « chaos » ) qui sont à l’origine de sa renommée. Ils magnifient le site de Ploumanac’h et les sites du Trégor occidental, dont Milliau où ils sont omniprésents. La gigantesque taille de ces blocs est due à l’espacement inhabituel qui sépare les fissures ( « diaclases » ) permettant à l’eau de s’infiltrer.
Débutée sous terre, la dégradation de la roche se poursuit à l’air libre.
Sous ma double action de l’eau et du sel, apportés par des embruns, des cuvettes, puis des rigoles se creusent dans le granite, marquant les roches exposées au large ( Sud - Ouest ).
DE L’AGRICULTURE A LA VILLEGIATURE
De l’eau douce, des terres profondes, un climat tempéré et une position stratégique, l’île Millau a vraisemblablement toujours été occupée par l’Homme. De cette longue histoire commune , subsistent des traces, des constructions, des témoignages écrits ou oraux...
les plus marquants ou les mieux connus d’entre eux, souvent visibles dans le paysage, seront ici abordés.
Au débouché de la cour de ferme, l’allée couverte interpelle les visiteurs . Bien qu’étant amputé et partiellement effondré, le monument mégalithique érigé au Néolithique se dresse encore, du haut de ses 4000 ou 6000 ans, avec ses dix piliers et trois dalles.
D’une longueur actuelle de 14m environ, l’allée devait atteindre les 19m et était enterrée ( seules les faces internes des pierres sont travaillées ) .
À l’époque de sa construction, la place n’était alors qu’une presque-île très fréquentée par l’Homme. De nombreuses traces plus anciennes et moins spectaculaires ( silex taillés... ) en attestent. Il est vrai que le site dispose de précieux atouts pour qui veut se sédentariser.
Il semble bien que l’occupation humaine se soit poursuivie avec les Celtes, dont les huttes circulaires, ont laissés des traces repérables par avion.

GRANDEURS ET DECADENCES
L’île Millau, vendue en 1791 pour la somme de 5100 livres, passe entre les mains de divers propriétaires qui, mis à part les ajouts à la ferme déjà évoqués, ne lui font pas subir de modifications importantes.
Mais en 1911, le Comte de Carcaradec la cède à mademoiselle Uro-Lalès , dite Lucie Jourdan. Cette période mérite d’être évoquée pour l’éclat qu’elle donnera à l’île.
D’abord liée à un grand magnat de la presse parisienne, Lucie Jourdan fait construire la villa qui s’élève encore à l’ouest de l’île et la « maison du garde », près de la cale nord.
Commence alors une vie mondaine pleine de célébrités qui se poursuit avec une seconde figure, de multiples fois Président du Conseil, prix Nobel de la paix et fondateur de la Société des Nations : Aristide Briand. Il entre dans la vie de Lucile Jourdan et dans celle de l’île Millau en 1919.
Jusqu’à sa mort en 1933, se succèdent fêtes et réceptions où converge le Tout-Paris.
Ne dit-on pas que les chœurs de l’Opéra de Paris donnèrent une réception exceptionnelle dans la Vallée de Fées !
En marge de ces mondanités, la ferme de Millau constituent son activité discrète. Il faut dire que Madame Jourdan a pris le soin d’employer des salariés agricoles et de leur fournir tout le matériel et le bétail nécessaires , allant même jusqu’à faire construire a grange et le poulailler.
Aussi rapidement qu’il était arrivé, le faste s’en est allé. Après la mort du grand homme , l’île tombe en désuétude, sa propriétaire n’y séjournant qu’occasionnellement. Comble de l’ironie, la maison de Lucie Jourdan où séjourna l’artisan de la paix franco-allemande, est occupée par les Allemands au cours de la seconde guerre. La fin d’une époque...
DU NOUVEAU SUR L’ILE MILLAU
En 1984, l’île est brusquement réveillée de la torpeur dans laquelle l’avaient plongée l’échec d’une ferme équestre et son abandon agricole. Le Conservatoire de L’Espace Littoral et des Rivages Lacustres en fait l’acquisition et lance un programme de restauration.
Les chemins sont réouverts , l’allée couverte dégagée de ses buissons, des bois de résineux, malades, car inadaptés, sont remplacés par des feuillus... En 1986-1987, la ferme est restaurée, le bâtiment C, le logement du personnel chargé de la gestion du site et les autres on été affectés à un gîte d’étape.
Des sanitaires ont également été annexés, en prenant soin de respecter le paysage. L’électricité est fournie par l’énergie solaire grâce aux panneaux et aux batteries, situées dans l’ancienne sous ( F ), qui stockent l’énergie captée.
Depuis son acquisition par le Conservatoire, la gestion de l’île Millau a été confiée à l’Association pour la Protection , l’Etude et la Gestion des Iles Trégoroises ( APEGIT ) . Fondé sur le bénévolat, la dévouement de cette association a permis de maintenir une permanence sur l’île, d’en assurer la gestion , de proposer une animation (expositions, visites guidées , passages... ) et de la connaître beaucoup mieux.
Sentinelle du passé, l’île Millau garde sa vocation stratégique, celle de rappeler aux Hommes, la richesse et l’importance du patrimoine des côtes bretonnes. Acquise par le Conservatoire, elle est entrée dans le patrimoine commun.
Pourtant il ne s’agit pas de geler l’espace protégé. Le site doit vivre, évoluer, s’adapter. On songe par exemple à relancer une activité agricole, le facteur de diversité et fidèle à l’histoire de l’île.

Localiser

Infos pratiques

  • Parking autobus
  • Parking

Partager ce point d'intérêt

Fermer

Connexion

Utiliser vos comptes Facebook ou Twitter pour vous connecter

Se connecter avec Facebook Se connecter avec Twitter
Fermer
Fermer

Créer un compte

Utiliser vos comptes Facebook ou Twitter pour vous connecter

Se connecter avec Facebook Se connecter avec Twitter